11 février 2014

Pacini remporte le Maillon d’Or dans la catégorie Innovation

LogoLa Prairie, le 23 janvier 2014. Le concept innovateur du Pacini Lebourgneuf, avec La Piazza Pacini, a remporté un Maillon d’Or au prestigieux Gala 2014 du Conseil québécois de la franchise (CQF), qui avait lieu le 20 janvier dernier à l’Hôtel Hilton Montréal Bonaventure.

 

La Piazza Pacini fait vivre au client une expérience italienne exceptionnelle dès qu’il entre dans le restaurant. Avant même d’accéder à la salle à manger, il peut magasiner des produits fins dans une ambiance de mercato italien, savourer des charcuteries et des fromages de la Prima Cucina ou déguster un moscato ou un espresso. Que ce soit pour rendre son temps d’attente le plus agréable possible ou par pur plaisir, le client découvre avec plaisir à l’accueil ce qu’il s’apprête à vivre dans l’ensemble du restaurant.

 

« Ce nouveau concept est maintenant la norme pour les futurs restaurants Pacini. Nous sommes donc très heureux et très fiers qu’il reçoive une telle reconnaissance et qu’il connaisse un tel succès. », explique Pierre Marc Tremblay, président-propriétaire de Pacini. De nouveaux restaurants avec La Piazza Pacini ouvriront leurs portes au cours des prochaines années, au Québec et au Canada. Le concept est universel et peut s’exporter dans plusieurs marchés.

LaPiazza-Lebourgneuf

 

Catégorie / Communiqués de presse / Épicerie Pacini / Restaurants / Vivre à l'italienne

19 novembre 2013

Un livre de recettes Pacini au profit des personnes démunies

livre_recetttes_paciniPacini veut changer le monde et s’est engagée à accorder la priorité absolue à l’être humain dans toutes ses actions. En équipe avec ses franchisés, ses employés et l’organisme Voyager pour l’humanité, Pacini a ainsi développé un livre de recettes dans le but de venir en aide aux personnes défavorisées et vulnérables qui vivent à proximité de ses restaurants.

 

Dans ce livre au design actuel et chaleureux créé par l’agence Écorce, plusieurs des recettes de Pacini ont été adaptées de manière à ce qu’elles soient accessibles à toutes les cuisines. L’amour de la table italienne est en vente dans tous les restaurants Pacini du Québec et 100 % des profits seront remis à des gens dans le besoin.

 

« Je crois en nous, les êtres humains. Je sais que nous pouvons être aimants et généreux. J’ai confiance en notre pouvoir collectif de faire une grande différence. » explique Pierre Marc Tremblay, président-propriétaire des restaurants Pacini.

 

« Personne ne reste indifférent face à la misère, la violence, les abus, la pauvreté et le désarroi des oubliés de notre société, de ceux et celles qui n’ont pas assez de ressources pour se faire entendre. Ce livre de recettes est un excellent moyen de leur dire que nous pensons à eux. J’invite tous les clients de Pacini à prendre part à cette grande aventure humanitaire. », conclut Eugénie Francoeur, ambassadrice et directrice générale de Voyager pour l’humanité.

Le livre est en vente sur ce site Internet et dans tous les restaurants Pacini du Québec, au prix de 25 $ + TPS (+ frais d’expédition 5,50$). Voir l’échantillon du livre.

 

Catégorie / Communiqués de presse / Restaurants / Vivre à l'italienne

2 août 2013

Tirami sù!

tiramisu_pot_smLe nom Tiramisu prend son origine dans les termes italiens «Tirami sù!» qui veulent dire «Remonte-moi!». On fait référence ici, entre autres, à la dose de café que contient ce dessert.

 

Il n’y a pas que le nom qui capte l’attention dans ce plat. Plusieurs légendes y sont associées. Une d’entres elles prétend que c’est pendant la Première Guerre mondiale que ce plaisir gourmand est né. On dit que les femmes en préparaient à leur mari pour leur rappeler leur amour, et pour leur donner de l’énergie.

 

Autre fait intéressant : comme pour la poutine au Québec, les Italiens ne s’entendent pas sur le lieu d’origine du Tiramisu. Parmi les régions qui voudraient bien qu’on leur approprie le titre de capitale du célèbre dessert, on retrouve le Piémont, la Lombardie, la Vénétie, le Frioul-Vénétie julienne et la Toscane.

 

Étant donné qu’on ne saura jamais vraiment qu’elle est la vraie histoire, pourquoi ne pas simplement en savourer un sans trop se poser de questions?

 

Catégorie / Québec / Restaurants / Vivre à l'italienne

5 juillet 2013

La pizza blanche, le plat « du pauvre »

La pizza blanche est une croute à pizza relevée d’ail et de fines herbes et surmontée d’une salade. Parfait pour l’été!

 

pizza-blanche-prosciutto-asiago-1

Cette offre commence à se faire voir dans les bonnes pizzerias napolitaines de la ville. En fait, c’est un retour à la base.  C’est en 997 que le mot pizza apparait en latin médiéval. Il désigne alors une « fouace », une  « galette ». La pizza servait au boulanger italien à vérifier la température du foyer où il déposait sa pâte à pain. Des dernières braises souvent, le boulanger italien servait un repas à sa famille. C’était le plat « du pauvre », du « petit peuple ».  C’était alors un plat de ménage, fait  d’une simple pâte à pain, sur laquelle on étalait les restes et qui était suffisamment bourratif. À l’origine, la pizza était bianca (blanche), c’est à dire enduite de crème ou de gras de porc. C’est à partir du XVIIIe siècle qu’apparut la pizza rossa (rouge), agrémentée d’une sauce à la tomate, comme on la connait bien aujourd’hui.

 

Cette fameuse pizza, réputée aujourd’hui pour sa simplicité savoureuse, fait son entrée dans notre menu cet été.

 

Bon été !

 

Catégorie / Communiqués de presse / Québec / Restaurants / Vivre à l'italienne